top of page

Acides aminés et pouvoir antioxydant : le glutathion

Dernière mise à jour : 9 juil. 2023

Les espèces réactives de l'oxygène nommé ROS sont des composés chimiques formés à partir des radicaux libres d’espèce oxygénée. On a parmi les ROS les peroxydes, les superoxydes, les radicaux hydroxyles… Ces composés se forment naturellement dans notre corps et correspondent à des sous- produits du métabolisme de l’oxygène.


Ces radicaux entrent dans des réactions néfastes et causent notamment des dommages irréversibles à l’ADN. Ils engendrent du stress oxydatif soit un déséquilibre entre ces ROS et des défenses antioxydantes de l’organisme conduisant à un vieillissement de la peau mais aussi à des cancers ou encore des maladies cardiovasculaires. Ils jouent cependant un rôle positif de signalisation cellulaire en tant que messager secondaire dans des diverses réactions comme l'activation de facteur lors de la transcription des gènes.

Mais, nos modes de vie comme le tabac, l’alcool, l'exercice trop intense ou encore une mauvaise alimentation augmentent anormalement la production de ROS.


Pour faire face à cette source naturelle de ROS, il existe les antioxydants. Ces composés sont des molécules qui vont ralentir les réactions d’oxydation des ROS.

Il y a 2 sources d’antioxydants pour le corps :

  • d’origine exogène : soit par l’alimentation avec les fruits (le raisin par exemple)

  • d’origine endogène : des enzymes principalement (le fameux glutathion notamment) et des oligoéléments qui sont des cofacteurs de ces enzymes antioxydantes (le zinc par exemple) [1].


Le glutathion : l’antioxydant majeur de l’organisme


Naturellement produit par l’organisme, le glutathion est un tripeptide constitué de 3 acides aminés : l’acide glutamique, la cystéine et la glycine.



Le glutathion est, par son action antioxydante, capable de ralentir le vieillissement cellulaire et limiter les dommages liés aux ROS. Il capte les groupements chimiques oxydants et se lie à des composés toxiques (pollution, métaux lourds, pesticides...) en les rendant hydrosolubles et les élimine par la bile ou l'urine. Outre son activité antioxydante et donc ces effets sur l’esthétique, il agit comme détoxifiant en participant à l’élimination de toxine au niveau du foie. Au niveau neurologique, il prévient de l'apparition de maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson et agit contre le déclin cognitif lié à l'âge. Il pourrait également jouer un rôle dans l’anxiété ou la dépression. Le glutathion est également indispensable au fonctionnement du cristallin. Sa supplémentation préviendrait de malades comme la cataracte [2].


Le glutathion peut être également d’origine exogène. Il est trouvé à faible dose dans les fruits et légumes (épinards, courgettes, pomme…) et la viande. Les complémentaires sont une bonne option [3]. Mais lequel choisir ? Il existe 2 formes au glutathion : la forme oxydée et la forme réduite. La forme réduite est la forme biologiquement active et présente une meilleure assimilation au niveau sanguin [2].

Il est également possible de supplémenter avec des précurseurs du glutathion, la glutamine par exemple ; mais aussi par des composés augmentant la concentration en glutathion comme l’acide alpha lipoïque [3].


Chloé Candaes, master NSA | Nutrition & Sciences des aliments

Les praticiens de santé et les thérapeutes en médecine douce sauront s'appuyer sur un diagnostic médical qui vous est propre et ils auront les compétences nécessaires pour établir la compatibilité de votre éventuelle médication avec cette plante, dans le cadre d'une prise en charge en médecine et naturopathie intégratives.

Découvrez notre blog dédié aux médecines naturelles sur vivicorsi-bio.fr. Retrouvez des articles sur les huiles essentielles biologiques, la phytothérapie, la micronutrition, l'herboristerie ainsi que les fleurs de Bach.




Sources :

[1] “Le stress oxydant” | J. Haleng et coll. (2007),

[2] “Glutathion: bienfaits, danger” | Mounir Belkouch (septembre 2021),


[3] “Le L-Glutathion, le plus important des antioxydants hépatique et oculaire” | Angélique Houlbert (avril 2016),



Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page