top of page

Les neurotransmetteurs : définition

Dernière mise à jour : 12 nov. 2023

Le cerveau, un organe fascinant et complexe, abrite un vaste réseau de quelque 100 milliards de cellules spécialisées que l'on nomme les neurones.


Ces cellules, véritables messagers du système nerveux, jouent un rôle essentiel dans la transmission de l'information, qu'elle provienne de notre environnement extérieur (comme la perception des couleurs, des odeurs ou des sons) ou de nos pensées et intentions internes (comme le désir de bouger une main pour saisir un objet).


Cette transmission d'informations au sein du cerveau est un processus électrique complexe et fascinant qui repose sur de minuscules molécules appelées neurotransmetteurs, également connues sous le nom de neuromédiateurs.

Les neurotransmetteurs sont les acteurs clés de la communication entre les neurones. Ils sont responsables de la transmission des signaux électriques d'un neurone à l'autre, permettant ainsi au cerveau de fonctionner de manière coordonnée et harmonieuse.


Pour accomplir cette tâche cruciale, ces molécules chimiques doivent être détectées et interprétées par des récepteurs spécifiques situés à la surface des neurones, comme des serrures qui ne s'ouvrent que lorsque la bonne clé, c'est-à-dire le neurotransmetteur approprié, est insérée.

Dans cet article, nous plongerons plus en profondeur dans l'univers fascinant des neurotransmetteurs, en explorant leur rôle crucial dans le fonctionnement du cerveau et en expliquant certains des concepts scientifiques sous-jacents de manière accessible à tous.


Vous découvrirez comment ces petites molécules jouent un rôle essentiel dans notre quotidien, de nos émotions à notre capacité à bouger, en passant par notre mémoire et notre humeur.


Il y a 2 types de récepteurs :


Outre le rôle essentiel des neurotransmetteurs dans la transmission des signaux entre les neurones, il est important de comprendre comment ces messagers chimiques interagissent avec les neurones récepteurs. En effet, il existe deux principaux types de récepteurs neuronaux qui jouent un rôle clé dans cette communication complexe.


1. Les Récepteurs Ionotropes : Ces récepteurs sont dotés de canaux ioniques, semblables à de petits pores, qui s'ouvrent et se ferment rapidement en réponse à la liaison d'un neurotransmetteur.


Cette caractéristique confère aux récepteurs ionotropes une capacité à déclencher des réponses neuronales rapides. Lorsque le neurotransmetteur se fixe à ces récepteurs, les canaux ioniques s'ouvrent, permettant aux ions de passer à travers la membrane neuronale.


Ce flux ionique rapide déclenche une réaction électrique rapide dans le neurone récepteur, ce qui facilite une transmission d'informations rapide d'un neurone à l'autre.


Cela est particulièrement crucial dans des situations où une réponse immédiate est nécessaire.


2. Les Récepteurs Métabotropes : À l'opposé, les récepteurs métabotropes induisent des réponses plus lentes mais prolongées. Lorsqu'un neurotransmetteur se lie à ces récepteurs, il déclenche une cascade de réactions chimiques intracellulaires plus complexes.


Cette séquence d'événements peut prendre plus de temps, mais elle conduit généralement à des effets qui durent plus longtemps. Les récepteurs métabotropes sont particulièrement impliqués dans la régulation de processus tels que la modulation de l'humeur, la cognition et le contrôle de la douleur.


Il est également important de noter que parmi les nombreux neurotransmetteurs en jeu, certains d'entre eux sont étroitement liés aux acides aminés, les éléments constitutifs fondamentaux des protéines dans notre organisme.


Ces neurotransmetteurs spécifiques sont regroupés en différentes catégories, dont nous explorerons plusieurs au fil de cet article.


En particulier, nous nous pencherons sur les neurotransmetteurs qui sont synthétisés à partir d'acides aminés, notamment les acides aminés eux-mêmes et les monoamines, qui jouent un rôle clé dans la régulation de divers processus biologiques et mentaux.


>>> Les acides aminés neurotransmetteurs :


1. L-Glutamate : Le glutamate, également connu sous le nom d'acide glutamique, occupe une place de choix en tant que le principal neurotransmetteur excitateur du système nerveux central.


Il joue un rôle fondamental dans la transmission des signaux neuronaux et est impliqué dans la majorité des fonctions cérébrales. Le glutamate est essentiel pour la plasticité synaptique, un processus clé dans l'apprentissage et la mémorisation.


Il permet aux neurones de renforcer ou de réduire leur communication en fonction des expériences et de l'apprentissage.


De plus, le glutamate est souvent utilisé comme additif alimentaire pour améliorer le goût des plats, mais sa consommation excessive peut avoir des effets indésirables sur la santé.


2. La Glycine : La glycine est un autre acide aminé essentiel, mais elle se distingue par son rôle en tant que neurotransmetteur inhibiteur.


Contrairement au glutamate, qui stimule l'activité neuronale, la glycine a un effet apaisant sur le système nerveux. Elle permet la relaxation des muscles antagonistes, ce qui est essentiel pour coordonner nos mouvements.


Par exemple, lorsque vous fléchissez un muscle, la glycine intervient pour relâcher le muscle opposé, favorisant ainsi des mouvements fluides et contrôlés.


C'est pourquoi elle est cruciale pour des activités telles que la marche, la course et bien d'autres mouvements quotidiens.


>>> Les monoamines :


1. GABA (acide gamma-aminobutyrique) : Le GABA est un neurotransmetteur inhibiteur qui joue un rôle essentiel dans le contrôle du mouvement, la vision, et la régulation de l'anxiété. Contrairement au glutamate, qui excite les neurones, le GABA a un effet apaisant sur le système nerveux.


Il contribue à maintenir l'équilibre entre l'excitation et l'inhibition dans le cerveau, ce qui est crucial pour un fonctionnement neuronal harmonieux. Il est important de noter que le GABA est synthétisé à partir du glutamate, ce qui souligne la complexité des interactions entre les neurotransmetteurs dans le cerveau.


2. Histamine : L'histamine, bien connue pour son rôle dans les réponses allergiques, est également un neurotransmetteur. Elle est synthétisée à partir de l'acide aminé histidine.


Bien que son rôle précis en tant que neurotransmetteur soit moins compris que d'autres, il est suggéré qu'elle pourrait être impliquée dans la régulation de la vigilance et de l'éveil.


3. Sérotonine et Mélatonine : La sérotonine est souvent appelée "l'hormone du bonheur" en raison de son rôle dans la régulation de l'humeur. On pense que des niveaux réduits de sérotonine sont associés à la dépression.


Cependant, cette molécule ne se limite pas à réguler notre humeur. Elle joue également un rôle dans la régulation de la température corporelle et du sommeil.


La sérotonine est elle-même précurseur de la mélatonine, l'hormone responsable de la régulation du sommeil. La mélatonine est synthétisée à partir de l'acide aminé tryptophane, que l'on trouve dans certains aliments.


4. Dopamine, Noradrénaline et Adrénaline : Ces trois neurotransmetteurs, souvent regroupés sous le nom de catécholamines, jouent des rôles essentiels dans le cerveau et le corps. La dopamine, parfois appelée "hormone du bonheur", est associée au plaisir et à la récompense.


Elle joue également un rôle dans le contrôle des mouvements du corps, notamment dans le cerveau. Des niveaux anormaux de dopamine sont observés dans des troubles tels que la maladie de Parkinson et la schizophrénie.


La noradrénaline, dérivée de la dopamine, est impliquée dans la régulation de l'attention et de la vigilance.


Enfin, l'adrénaline, également dérivée de la noradrénaline, est connue pour son rôle dans la réponse au stress et dans l'augmentation de l'énergie en cas de situation d'urgence.


Comme vous pouvez le voir, ces neurotransmetteurs jouent un rôle central dans la régulation de nombreux aspects de notre fonctionnement physique et mental. Leur équilibre et leur fonctionnement appropriés sont essentiels pour maintenir notre bien-être.


Annick Vivicorsi et Chloé Candaes, master NSA | Nutrition & Sciences des aliments

Les praticiens de santé et les thérapeutes en médecine douce sauront s'appuyer sur un diagnostic médical qui vous est propre et ils auront les compétences nécessaires pour établir la compatibilité de votre éventuelle médication avec cette plante, dans le cadre d'une prise en charge en médecine et naturopathie intégratives.


Découvrez notre blog dédié aux médecines naturelles sur vivicorsi-bio.fr. Retrouvez des articles sur les huiles essentielles biologiques, la phytothérapie, la micronutrition, l'herboristerie ainsi que les fleurs de Bach.




Sources :

"Découvrir le cerveau et quelques-uns de ses mecanismes” | Jean-Pierre

Henry (2020),



bottom of page