top of page

Perdre du poids avec les acides aminés

Dernière mise à jour : 9 juil. 2023

Le poids est aujourd’hui un véritable enjeu public. Avec près de 39 % de la population âgée de plus de 18 ans est atteinte de surpoids dans le monde [1], la question du poids est omniprésente dans nos sociétés. Il y a peu de traitements car des mesures hygiéno-diététiques sont majoritairement recommandées et utilisées pour ces pathologies. Cependant des composés existent pour nous donner un coup de pouce. Parmi eux, il y a les acides aminés. Mais que valent-ils ?


La L-carnitine aide à perdre du poids en augmentant la dépense énergétique


La L-carnitine est un acide aminé issu de 2 autres acides aminés : la lysine et la méthionine. Elle peut être soit :

  • d’origine exogène : trouvable dans l’alimentation comme la viande rouge.

  • d’origine endogène : synthétisé par notre corps dans le foie et dans les reins [2].


Il est estimé à environ 300 mg/kg de L-carnitine dans le corps humain stocké dans les muscles, le cœur, les reins et le foie. Au niveau fonctions, la L-carnitine joue un rôle dans le métabolisme des acides gras en facilitant le transfert de ces derniers. Ce composé améliore également l'élimination non oxydante du glucose [3].

La L-carnitine est connue notamment pour aider à la perte de poids en permettant l’augmentation de la dépense énergétique. La supplémentation en carnitine active l’oxydation des graisses et aide à la réaction des réserves de graisse du corps. Bien que l’effet de la carnitine sur la réduction de poids soit non validé et contesté, une étude de 2016 de méta-analyse montre que des sujets ayant été supplémenté en carnitine perdaient significativement plus de poids et présentaient une diminution de l’IMC (indice de masse corporelle) avec une différence de moyenne de -1.33 kg par rapport à un groupe témoin [2].

Outre la prise de poids, la carnitine aurait également un effet positif dans les pathologies de diabète de type II et réduit les risques de cardiomyopathie [3].


La leucine réduirait l'adiposité et aiderait à perdre du poids


La leucine fait partie des 8 acides aminés essentiels, c'est-à-dire non synthétisables par l’Homme. Il est donc indispensable d’avoir un apport en leucine via l'alimentation (les protéines animales par exemple).


Malgré la controverse, de nombreuses études ont montré que la supplémentation en leucine permettait de réduire l’adiposité dans des conditions spécifiques et pourrait réduire l’apport alimentaire. La supplémentation en leucine augmenterait la perte de graisse corporelle pendant une période de restrictions alimentaire, diminuerait l'accumulation de graisse pendant le vieillissement et préviendrait partiellement le développement de l'obésité induite par l'alimentation.


Le potentiel rôle de la leucine en tant que complément alimentaire pour le traitement de l'obésité et du diabète a été étudié mais reste en étude pour comprendre au mieux les mécanismes d’action [4].


Le tryptophane participe au contrôle de la graisse corporelle et donc à la perte de poids


Le tryptophane est également un acide aminé essentiel trouvable dans les légumineuses, le poisson ou encore le riz complet. Cet acide aminé pourrait agir indirectement sur la perte de poids. En effet, le tryptophane est précurseur de la sérotonine, elle-même précurseur de la mélatonine. Or, une étude sur le ver C. elegans montre l'existence d’un circuit neuronal intégré de sérotonine qui jouerait un rôle de signal endocrinien pour contrôler la graisse corporelle. Bien que les mécanismes fassent entrer plusieurs facteurs et molécules en jeu, la supplémentation de la sérotonine semblerait induire une perte de poids [5].

De plus, la mélatonine, hormone du sommeil, jouerait également un rôle indirect pour perdre du poids. Il y a en effet un rôle majeur du sommeil dans la régulation du poids. Des études montrent qu’un déficit en sommeil a de nombreux impacts sur le poids : il fait manger plus le lendemain et incite à moins bouger et donc moins se dépenser ne favorisant pas une perte de poids [6].


Le sommeil de bonne qualité contribue à perdre du poids.
Le sommeil de bonne qualité contribue à perdre du poids.


Chloé Candaes, master NSA | Nutrition & Sciences des aliments

Les praticiens de santé et les thérapeutes en médecine douce sauront s'appuyer sur un diagnostic médical qui vous est propre et ils auront les compétences nécessaires pour établir la compatibilité de votre éventuelle médication avec cette plante, dans le cadre d'une prise en charge en médecine et naturopathie intégratives.


Découvrez notre blog dédié aux médecines naturelles sur vivicorsi-bio.fr. Retrouvez des articles sur les huiles essentielles biologiques, la phytothérapie, la micronutrition, l'herboristerie ainsi que les fleurs de Bach.





●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●

Sources :

[1] L’obésité et le diabète dans le monde | A-Mansia Biotech. 12 (juillet 2021), https://www.a-mansia.com/fr/lobesite-et-le-diabete-dans-le-monde/


[2] Pooyandjoo, M., et al. « The Effect of (L-)Carnitine on Weight Loss in Adults: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials: Carnitine and Weight Loss ». Obesity Reviews, vol. 17, no 10, octobre 2016, p. 970‑76. DOI.org (Crossref), https://www.researchgate.net/publication/303107660_The_effect_of_L-Carnitine_on_weight_loss_in_adults_A_systematic_review_and_meta-analysis_of_randomized_controlled_trials


[3] Adeva-Andany, María M., et al. « Significance of l -Carnitine for Human Health: Significance of l -Carnitine for Human Health ». IUBMB Life, vol. 69, no 8, août 2017, p. 578‑94. DOI.org (Crossref), https://doi.org/10.1002/iub.1646


[4] Pedroso, João A. B., et al. « Reviewing the Effects of l-Leucine Supplementation in the Regulation of Food Intake, Energy Balance, and Glucose Homeostasis ». Nutrients, vol. 7, no 5, mai 2015, p. 3914‑37. PubMed Central, https://doi.org/10.3390/nu7053914


[5] Noble, Tallie, et al. « An Integrated Serotonin and Octopamine Neuronal Circuit Directs The Release of An Endocrine Signal to Control C. elegans Body Fat ». Cell metabolism, vol. 18, no 5, novembre 2013, p. 10.1016/j.cmet.2013.09.007. PubMed Central, https://doi.org/10.1016/j.cmet.2013.09.007


[6] “Le surpoids c’est dans la tête ou dans l’assiette ?” | Dr Jean-Michel Lecerf (2019) aux Éditions Quæ, Versailles Cedex, France.


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page