top of page

Intégrer l'alimentation vivante dans son quotidien : manger vrai, varié, végétal

Dernière mise à jour : 6 mai 2023


L’alimentation est nécessaire au maintien de la vie dans votre corps. Je ne vous apprends rien en disant cela. Mais je me devais tout de même de commencer par cet état de fait.


Chaque substrat (protéines, lipides, glucides, vitamines et minéraux) joue un rôle indispensable à la croissance de nos cellules, la communication cellulaire, nerveuse et hormonale ou encore le transport. C’est un savant et précieux équilibre à fournir à notre corps pour conserver énergie, vigueur et joie de vivre dans le temps. Oui, tout ceci peut vous paraître cliché mais souvent les choses les plus simples sont les plus vraies. Au-delà de veiller à apporter tous ces substrats, il est aussi nécessaire d'en choisir l'origine et la qualité.


Je vous propose donc aujourd'hui de parler vrai et de manger vivant.


> Manger vivant, c'est manger quoi ?


Manger vivant, c'est apporter à son corps des aliments digestes, facilement assimilables, riches en nutriments, en vitamines, en minéraux. Ce n'est pas forcément se transformer en lapin, en mangeant du 100% cru. En effet, ce régime peut convenir à certains mais peut déclencher des réactions inflammatoires au niveau du système digestif pour d'autres. Je le conseille sur de courtes durées, une semaine par exemple, en cas de besoin de détoxifier le corps et si le niveau d'énergie vitale de la personne concernée est assez élevé et le système digestif adapté.


Manger vivant ce serait avant tout consommer du vrai, du varié, du végétal

> Manger vivant, c'est manger VRAI


Il s'agit de choisir des produits issus des chaînes de productions biologiques.


1. En ayant été cultivés sur des sols vivants, non transformés, non traités, les aliments ont pu se gorger de l'énergie de la terre. Ce sont les nutriments, les minéraux et les vitamines dont nous avons besoin pour fabriquer notre matière. Cela se sent souvent d'ailleurs à l'odeur et au goût. Faites le test en consommant deux légumes identiques comme une pomme ou une carotte, l'un produit en conventionnel sur des sols traités et surexploités et l'autre sur un sol non traité.


2. Lorsque nous consommons des produits contenant des résidus toxiques comme les engrais, nous encrassons notre corps. Notre foie fournit alors un travail conséquent pour se débarrasser de ces déchets. Il œuvre en silence. Il se fatigue en silence notre foie lorsque nous le sollicitons trop. Privilégier des aliments issus de la filière biologique évite une suractivité de notre système de détoxification.


3. En bonus, vous réalisez un acte social et écologiquement engagé qui encouragera toujours un peu plus la production agricole à aller dans ce sens. Même si vous voyez encore des champs de monoculture à perte de vue, gardons l'espoir ; Rien ne change en quelques semaines ni en quelques mois.


Soyons le changement que nous voulons voir en ce monde.
C'est un petit pas mais déjà un premier pas.

C'est choisir les produits les plus bruts qui soit

>>> En allant au marché plutôt qu'au supermarché

>>> En prenant le temps de comparer les produits et de prendre celui qui contiendra le moins de termes non alimentaires

>>> En remplaçant les produits ultra-transformés par du fait maison. Par exemple, en cuisinant des cookies plutôt que de les acheter tout faits. Il y aura moins de sucres, pas d'additifs ni de conservateurs. Cela prend un peu plus de temps en effet mais ce n'est pas une excuse valable. D'autant que c'est l'occasion d'une activité en famille ou entre amis.


> Manger vivant, c'est manger VARIÉ


Une assiette variée, colorée, savoureuse, composée de produits de saison.

C'est se faire plaisir en éveillant tous nos sens et pas que celui du goût.


Lorsque vous faites vos courses, laissez-vous aller en choisissant des fruits des légumes colorés, inconnus au bataillon. Testez-les, demandez conseil à votre maraîcher ou votre commerçant.


Coupez-les, émincez-les, assaisonnez les d'herbes variées. Testez des choses. Faites de votre assiette un festival des sens.


Revalorisons l'acte de se nourrir
Redonnons aux repas la place qui leur est due :
Au centre de nos activités quotidiennes.

Manger pour vivre. Manger pour le plaisir.

> Manger vivant, c'est manger VEGETAL (principalement)


L'alimentation vivante se compose essentiellement de fruits et légumes frais, d'algues, de graines germées, de jeunes pousses, d'oléagineux, et d'aliments lacto-fermentés. Ce sont des bombes nutritionnelles qui viennent combler toutes les carences que l'on peut avoir développé du fait d'une alimentation appauvrie ou déséquilibrée. Ainsi, je ne saurai que trop vous conseiller d'enrichir votre assiette de ces aliments.


=> Mangez des fruits et légumes frais et peu cuits


Cela signifie qu'ils ne sont pas restés 10 jours au frigo ou dans le placard.


On les mange crus, cuits à la vapeur et/ou rapidement sautés. Plus un légume ou un fruit est mangé tardivement ou longuement cuit, plus il perd de ses vitamines, minéraux. Il meurt à petit feu. À la rigueur, cuisinez-les et mettez-les au congélateur. Ainsi, vous avez votre stock de légumes frais à disposition.




Ce peut être un légume cru par jour en début de déjeuner ou un jus de légumes dans la matinée (sauf si votre système digestif est fragile, douloureux ou que vous souffrez d'une pathologie).


=> Consommer des algues


Ces êtres vivants n'ont pas de racines. Les algues puisent tous les nutriments dans la mer et les absorbent directement. De plus, elles contiennent moins d’eau que les autres produits de la terre. Ces deux facteurs expliquent leur concentration inégalée en minéraux, vitamines et oligoéléments.


Leur richesse en fibres leur permet de stocker un maximum d’eau en prévision des marées. Leur consommation régulière peut donc compenser une carence en fibres et réguler le transit.


Elles contiennent des quantités importantes d’iode. Ainsi quelques grammes d'algues en paillettes par jour permettent l’apport journalier recommandé assurant un fonctionnement optimal de la thyroïde.


=> Dégustez des graines germées et des jeunes pousses


Il s'agit de la partie vivante de la graine, à partir de laquelle la plante commence son développement en se nourrissant de l’amidon disponible. C’est donc un concentré d’énergie par la présence de minéraux et de vitamines en grande quantité.


Les jeunes pousses se situent à un stade plus avancé de la graine germée puisqu’elles ont développé des feuilles contrairement à la graine germée. Elles restent cependant très riches en énergie et ont les propriétés suivantes :

  • reminéralisant

  • fortifiant général du système digestif, nerveux, immunitaire

  • régulateur du métabolisme, du cholestérol

  • prévention des maladies cardio-vasculaire

  • antioxydant

  • renforce les os, les cheveux, la peau


=> Régalez-vous d'oléagineux mis à tremper


Noix, noisettes, amandes... Les oléagineux sont riches en acides aminés mais assez pauvres en 2 acides aminés essentiels : isoleucine et lysine. Pour les végétariens, ils seront à associer avec des céréales, des légumineuses ou des œufs pour assurer la bonne synthèse des protéines.


Leur richesse en acides gras insaturés et polyinsaturés en fait des aliments de prédilection pour équilibrer son bilan lipidique. Idéal pour modifier son apport en matières grasses sans la supprimer totalement et limiter l'inflammation de bas grade.


Riches en fibres et en minéraux, ils viennent équilibrer le transit et assurer un bon métabolisme.


Ils sont à faire tremper pour éliminer l’acide phytique qui peut déclencher chez certains une sensibilité intestinale.


=> Testez les aliments lacto-fermentés


C’est le principe de la fermentation. Il s’agit d’un procédé de transformation de sucres contenus dans les légumes en acide lactique par l’action des bactéries.


La lacto-fermentation permet

- La conservation plus longue de l’aliment

- L’augmentation des qualités nutritionnelles des aliments ainsi que leur biodisponibilité notamment du fer, des vitamines B6 et B12 ainsi que de la vitamine C

- L’absorption de probiotiques améliorant ainsi notre microbiote


=> Réduire la viande à quelques repas par semaine pour consommer plus d’œufs et de légumineuses.


Oui arrêter totalement de consommer des protéines d'origine animale ne ferait pas de mal à notre corps et à la Terre. C'est une réalité envisageable mais encore complexe à mettre en place à 100%. On peut déjà réduire à sa manière sans frustration, sans être en désaccord avec soi-même.

Choisir de dédier du temps pour acheter ses aliments
Choisir de manger plus végétal qu'animal
Choisir de manger des produits frais, non transformés et peu cuits

> Pourquoi changer son alimentation...


Au-delà des bienfaits pour l'organisme, pourquoi changer notre manière de consommer autant ces dernières années.


En effet, il y a de quoi nous faire culpabiliser, nous interroger, nous rendre chèvre lors de ce moment crucial de l'achat : Matière vivante, morte, transformée, brute, issue de l'agriculture conventionnelle, raisonnée, biologique, biodynamique, achetée au supermarché, au marché, chez les commerçants spécialisés ou encore commandée sur le net...


… A la base, on ne veut que manger ...


… Et pourtant, comme c'est important en effet. Nous le savons, notre mode de consommation d'aujourd'hui a un impact direct sur notre planète et notre santé de demain. Comme me disait un ami il y a quelques jours, c'est une question de bon sens.


=> Manger végétal et local peut avoir un impact sur les choix des produits cultivés


En Europe et en Amérique seules 40% des récoltes mondiales sont destinées au bétail, aux biocarburants et au textile (contre 80% en Afrique). Or, aujourd'hui l'être humain a besoin de plus de terres arables pour pouvoir continuer à nourrir l'ensemble de la population.


En choisissant de progressivement réduire son apport en protéines et de privilégier l'achat de produits locaux, nous pouvons commencer à impacter sur le choix des aliments produits.


=> Manger des produits issus de l'agriculture biologique peut devenir un acte engagé pour protéger le vivant


Alors que nous commençons tous à connaître les effets délétères de ces produits issus de la chimie de synthèse sur notre corps et les sols de la planète Terre, l'utilisation des engrais a tout de même quintuplé en 50 ans.


En privilégiant des aliments issus de la culture biologique, nous encourageons les agriculteurs à choisir une voie verte. Nous protégeons comme nous le pouvons notre organisme des effets néfastes des produits toxiques. Nous assurons la survie des insectes pollinisateurs sans qui nous ne croquerions pas dans cette juteuse pèche. Nous faisons en sorte que les sols sur lesquels nous naissons, grandissons et mourrons soient le moins impactés par notre présence.


En lisant ces lignes, on peut avoir l'impression que notre action quoique engagée est ridicule à l'échelle mondiale « A quoi bon ? » pouvons-nous penser... Cependant, regardez le Sahara comme il est immense. Il n'est pourtant composé que de minuscules grains de sable à peine visibles à l’œil nu. Nous pouvons tous agir à notre échelle sans forcément chambouler en un jour nos habitudes de consommation établies depuis des années…


> D'accord mais comment changer ?


=> En douceur


Il y a encore peu de temps je mangeais sans éthique. Et puis, de par une réflexion globale et un peu de bon sens, j'ai commencé à remplacer les surgelés par des légumes frais, la viande rouge par de la viande blanche puis du poisson et des œufs. J'ai diminué la consommation de produits transformés etc. Je ne me considère pas comme un exemple à suivre mais comme un exemple qu'il est possible de changer sans se frustrer, sans se forcer, sans résister à partir du moment où on y met de la douceur.


Je vous invite à choisir un nouvel aliment vrai, bio et local que vous ajoutez à vos repas
et un autre considéré comme sans nutriments que vous retirez.
Puis lorsque ces deux habitudes seront prises, ajoutez en une nouvelle et retirez autre chose.
Petit à petit.

=> Rappelez-vous pourquoi vous le faites.


Soyez en fiers même si cela ne vous semble jamais suffisant. Vous n'êtes pas là pour construire un nouveau monde tout seul mais pour y apporter votre contribution.

Ce peut être une manière de respecter l'ensemble du vivant,
de lui rendre hommage, de l'aimer et de le rendre aimable.

=> Soyez indulgent.e avec vous-même et les autres


Peut-être allez-vous entendre des remarques, une blague, une critique de la part d'un proche. Laissez faire et laissez dire. Ne vous lancez pas dans de grands discours. Chacun sa mesure, sans jugement, sans pression sinon ça ne marche pas.

De même ne cherchez pas à imposer un mode de pensée, cela fonctionnera mal. Soyez libre et heureux d'agir pour votre avenir et celui de la planète. Quels que soient nos choix, ne jugeons pas ceux qui font autrement. Là où il y a critique, il n'y a pas d'amour. Et sans amour, rien ne peut se passer ni changer.


Un choix, une action aussi petite soit elle
ajoutée à celle de votre voisin, vos proches peut changer les choses.

Et si juste pour cette semaine, nous allions acheter autrement
un peu, beaucoup, et un jour peut-être totalement
pour fournir à notre corps ce qu'il mérite bien : Se sentir en vie.


Quelques lectures pour aller plus loin :

> Et si fourchette pouvait sauver la planète – Marion Haas

> Pour la science hors série #111 : Les défis de l'alimentation – Mai Juin 2021


Camille Delas

Je pratique la Naturopathie ainsi que les massages bien-être à Lyon. Passionnée de plantes médicinales, j'ai approfondi mes compétences dans ce domaine en étudiant à l'Ecole Lyonnaise des Plantes Médicinales. Je vous reçois à mon cabinet lyonnais ou par visio conférence afin d'échanger sur les bienfaits de la naturopathie au quotidien et vous accompagner sur la voie du mieux-être


Pour en savoir plus sur ma pratique de la naturopathie =>>> www.camilledelas.com

Pour me contacter directement : 06.79.18.89.34 / camilledelas@mailoo.org




Comments


bottom of page