top of page

Phytothérapie minceur

Dernière mise à jour : 6 mai 2023

Pour clarifier de suite si vous êtes en surpoids, faites ce petit calcul de votre Indice de Masse Corporelle (IMC), comme ceci (munissez-vous de la calculatrice du premier écolier autour de vous ou saisissez votre téléphone) :


IMC = votre poids / (votre taille en m)²


Concrètement, vous mesurez 165 cm et vous pesez 68 kilos.

Calculez ainsi : 68 / (1,65 x 1,65) = 24,97


Vous l'avez échappé belle ! Votre poids se situe à la limite supérieure de la normale...


Maintenant, vous avez un métabolisme qui carbure à fond, vous ne mangez pas beaucoup et vous vous activez. Vous mesurez 165 cm pour 50 kilos.

Calculons : 49 / (1,65 x 1,65) = 17,99


Bravo, vous avez résisté aux oeufs en chocolat de Pâques - vous auriez pourtant pu vous accorder ce plaisir ! Votre IMC est très proche de 18, la limite inférieure d'un poids normal par rapport à votre taille.


Tout ceci est bien sûr très relatif : vous pouvez avoir une ossature plus imposante, être très musclé(e) ou même vous sentir très bien dans votre peau avec votre IMC à 27.


L'important finalement, c'est comment ça se passe dans votre tête - en-dehors des situations d'anorexie ou d'obésité morbide, qui sont pathologiques. Restons dans le cadre des préoccupations de minceur que nous avons presque tous, quand nous voyons ceci :



ou cela :



Alors que, pour la plupart d'entre nous, nous sommes plutôt ainsi :



Alors qu'est-ce qu'on fait ?

Le dernier régime à la mode ? On ne mange plus ? On tient deux jours...


Non, on pense métabolisme !


Vos mignonnes petites bactéries intestinales méritent d'être revigorées : le microbiote


Très sommairement, notre corps contient plus d'1,5 de bactéries digestives chez l'adulte et surtout intestinales très diverses. Je vous épargne le microbiote cutané et le microbiote vaginal...

Les 100 000 milliards de bactéries que l'on possède normalement - je parle des "bonnes bactéries", hein, ont besoin de fibres végétales pour prospérer. Il faut manger des légumes, ben oui, on vous l'avait dit !

Et quand on a un microbiote pauvre, on favorise le développement d'autres organismes beaucoup moins sympathiques, pathogènes, qui souvent raffolent du sucre - le staphylocoque par exemple.

Cela s'appelle une dysbiose...


Cela étant dit, une fois la dysbiose installée, qu'est-ce qui vous attend ? Inflammation chronique de l'intestin, obésité, baisse de la réponse immunitaire, diabète de type 2 et toutes sortes de désordres métaboliques.


Sans tomber dans la dysbiose absolue (avez-vous fait une analyse de vos selles, dernièrement ?), on peut imaginer qu'à 40-50 ans d'un régime plutôt gras et sucré, avec de petites portions de légumes, du sucre dans son café, le sport en déconfiture, les nuits blanches passées à bercer ses enfants, les nuits d'inquiétude, liste non exhaustive... - il peut sembler plus que probable que votre surpoids soit en partie lié à un déséquilibre de votre microbiote intestinal.


Bien sûr, pensez à explorer le fonctionnement de votre foie, de votre thyroïde, votre équilibre hormonal, etc.


Et puis le stress bien sûr... Qui n'a pas dévoré le dernier pain au chocolat à 22 heures, dans un moment d'anxiété ou de manque affectif ?


Cela tombe bien : quand on a un bon microbiote, on est moins sensible au stress.


Que faire pour rééquilibrer son microbiote intestinal ?


Cela se passe en trois temps :

  • assainir le terrain

  • prendre des prébiotiques

  • prendre des probiotiques

Attention, si vous avez des selles sanglantes, passez votre chemin et courrez vers un médecin spécialiste et un naturopathe averti pour une prise en charge sur-mesure...


Comment assainir le terrain ? Je vous recommande une cure de quelques jours de ces gélules d'huiles essentielles, que vous pouvez avaler puisqu'elles sont diluées dans une huile végétale de périlla :


Les huiles essentielles contenues : ajowan, origan, cannelle écorce, girofle clou, ravintsara, laurier, citron, coriandre, cardamome, menthe, carotte semences et estragon... ont pour certaines une fonction clairement antibactérienne et antifongique et pour d'autres des vertus favorables aux organes digestifs de la moitié supérieure.

Suivez le programme d'attaque conseillé, qui est de 6 gélules par jour pendant 2 mois.


Ensuite, prenez en parallèle un prébiotique bien connu, le bourgeon de noyer, dans sa version classique ou encore sans alcool. On en a même en gélules...



Pour faire simple, un prébiotique a pour usage de rééquilibrer la flore intestinale existante.

Si, sur les 3 grandes familles de microbiote intestinal, l'une d'elle est un peu faiblarde, mais néanmoins présente, le bourgeon de noyer va aider votre organisme à rééquilibrer tout ça.


Si vous pouviez manger davantage de légumes sous toutes les formes et notamment lacto-fermentés, ce serait encore mieux.


Les probiotiques interviennent ensuite - quoique vous puissiez prendre pré et probiotiques en parallèles.


Prenez par exemple ceci, qui contient 50 milliards de micro-organismes et 7 souches différentes :



Quand votre microbiote est au clair, passez à l'étape suivante...



Phytothérapie minceur


Le souci avec la minceur, c'est que les causes en sont complexes et variées. S'il suffisait de manger moins, ça se saurait ! Vous connaissez l'histoire des deux petits rats ? Non ?

Alors c'est l'histoire de deux petits rats de corpulence normale et du même âge. Un vilain laborantin a choisi l'un des deux pour se voir détériorer son microbiote. Et que s'est-il passé ? Il est devenu obèse ! Avec exactement les mêmes portions alimentaires... Et oui ! Les obèses souffrent d'une maladie : c'est un trouble métabolique.


Sans aller jusque-là - et puis j'ai déjà parlé du microbiote, on peut déjà penser aux troubles veineux : rétention d'eau, jambes lourdes, bref, une circulation veineuse perturbée, une compression des tissus, une stagnation des graisses sous forme de cellulite...


Et puis on peut avoir le foie engorgé et avoir besoin d'une détox printanière.


C'est la saison de la sève de bouleau récoltée dans les Hautes-Alpes, pensez-y !



Quelles plantes prendre ?


En cas de trouble glucidique : le noyer toujours, mais en extrait


Le noyer a un double avantage. Non seulement il a une action mixte - la fois endocrine et exocrine, mais c'est un protecteur artériel. Plutôt intéressant comparativement à d'autres plantes qui, elles, auront un effet hypotenseur ou diurétique pas forcément souhaitable (surveillez l'état de vos reins et buvez suffisamment).


Donc l'extrait hydro-alcoolique de noyer se révèle être un bon compromis.



Il existe également des plantes ayant pour fonction le drainage intestinal, le drainage hépatique, le drainage rénal, le drainage hépatorénal ou encore le drainage pancréatique, mais pour cela, il vaut mieux faire un bilan préalable de votre état de santé et bénéficier d'un suivi médical en parallèle de l'accompagnement en naturopathie intégrative - et réciproquement.


Et pourquoi pas du chardon-marie ?

Il pourrait être intéressant également de vous tourner vers le chardon-marie, pour ses actions sur le métabolisme glucido-lipidique :

  • insulinorésistance

  • syndrome métabolique

  • accompagnement des traitements spécifiques du diabète de type 2

À moins d'une obstruction des voies biliaires, aucune toxicité du chardon-marie n'est connue à ce jour.


Je fais une parenthèse au sujet de l'alimentation : il serait dommage de passer à côté d'une intolérance au gluten ou d'une intolérance au lactose, qui auraient forcément une influence négative sur votre perte de poids, à cause de l'inflammation des voies digestives et intestinales qui en seraient la conséquence... Aparté nécessaire à mon avis.


Sans oublier les minéraux : le chrome


LE partenaire minceur, c'est bien entendu le chrome.

Nous savons depuis les années 70 que le chrome est indispensable au métabolisme normal des glucides. C'est un cofacteur indispensable à l'action de l'insuline - attention à l'hypoglycémie ...

Tout est dit, ou presque.


Le L-tryptophane et son dérive le 5-HTP que l'on trouve dans le griffonia, sont deux acides aminés qui régulent l'appétit, avec un effet anti-stress.


La L-glutamine - encore un acide aminé, restaure l'intégrité de la paroi intestinale, qui va mieux assimiler les nutriments issus de la digestion des aliments, en plus de réguler les envies de sucre. Tiens, ça me rappelle l'importance du microbiote...


En cas d'addiction au chocolat, passez directement au GABA. Nous vous en parlerons dans un autre article car il mérite d'être connu, s'il est pris en respectant les précautions d'usage. C'est un neurotransmetteur que l'on obtient à partir de Lactobacillus hilgardii, une bactérie utilisée pour la fermentation des légumes (CQFD).



Annick Vivicorsi

Vivicorsi Bio est un e-commerce qui propose une large sélection de produits de bien-être d'origine naturelle et biologique.


Découvrez notre blog dédié aux médecines naturelles sur vivicorsi-bio.fr. Retrouvez des articles sur les huiles essentielles biologiques, la phytothérapie, la gemmothérapie, l'apithérapie, la micronutrition, l'herboristerie, les extraits de plantes, la sève, les jus et sirops de plantes, ainsi que les fleurs de Bach.


Notre équipe de professionnels vous propose des conseils et astuces pour une santé naturelle et respectueuse de l'environnement.



Sources :

DURAFFOURD Christian et LAPRAZ Jean-Claude, Traité de phytothérapie clinique, Masson, Paris, 2002.

KARLESKIND Brigitte, Guide pratique des compléments alimentaires - comment les utiliser pour prendre en charge les maladies les plus courantes, Thierry Souccar, Vergèze, 2013.

LORRAIN Éric (Dr), Grand manuel de phytothérapie, Dunod, Paris, 2019.

MULLER Marie-France, Le guide de l'aromathérapie - tout savoir sur les huiles essentielles et les aromiels, Hachette Santé, Paris, 2018.

PIERRE Michel et GAYET Caroline, Ma Bible de l'herboristerie, Leduc Pratique, Paris, 2018.








Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page